L'enfant du milieu....

Publié le par Des doudous dans mon sac à main

L'enfant du milieu....

Aujourd'hui, je me lance.....

Je me lance dans une note plus personnelle que celles que j'ai coutume d'écrire ici depuis l'existence du blog.  Au début, je ne me voyais pas parler de moi, excepté pour ce que je teste. J'avais créé un onglet pour ça, le "un peu de moi" au démarrage du blog, en me disant "au cas où", et il est resté vide....

Depuis quelques mois, un sujet me traverse la tête de plus en plus souvent. A tel point que je me dis aujourd'hui " Y a pas, il faut que je le couche par écrit".

C'est vrai, l'écrit est tellement plus facile! 

 

Pour celles et ceux qui ne me connaissent pas, ou pas assez pour comprendre ce dont je vais parler, j'ai trois enfants. Un grand (pas si grand que ça finalement, je devrais plutôt dire l'aîné!) de 5 ans et demi, un moyen de tout juste 3 ans, et une petite de 11 mois.

 

J'ai bien souvent entendu parler de l'enfant du milieu, que cette place est dure à tenir, etc....mais comme on dit , il n'y a qu'en le vivant soit même qu'on sait vraiment ce que c'est! 

En ce qui me concerne, je ne l'ai pas vécu, mais depuis l'arrivée de ma petite dernière, je commence tout doucement à comprendre...

 

Quand mon premier bébé est arrivé, nous étions totalement disponibles, mon mari et moi, prêts à n'avoir du temps que pour ce bébé. Moi j'avais pris mon congès parental, lui était en pleine reconversion professionnelle, et donc beaucoup disponible les premières semaines suivant sa naissance. En plus quand il est né, il restait encore quelques finitions à faire à la maison, donc il était vraiment présent autour de ce bébé quasiment 24h/24.  J'avais tout mon temps pour mon fils. Je lui faisais à manger moi-même, je le promenais chaque jour, je vivais à son rythme. Le matin, je n'avais pas besoin de le réveiler pour l'emmener chez une nounou ou à la crèche, car je n'avais aucune contrainte horaire...bref, que du bonheur pour lui!

Dès 6 mois, je l'emmenais très régulièrement aux séances de bébé nageur, puis dans des lieux de rencontres parents-enfants, afin qu'il s'éveille avec d'autres enfants une à deux heures par semaine.... Bref, il a profité de sa Maman à fond, et moi j'avais le temps de profiter de lui à fond. Tout mon temps était pour lui.

 

A peine avait-il deux ans et demi que je donnais naissance à son petit frère.

J'étais vraiment heureuse, car aucune jalousie ne s'était fait ressentir. Il a juste eu beaucoup de mal à vivre la séparation lorsque j'ai séjourné à la maternité, mais dès le retour à la maison, tout était rentré dans l'ordre. Il assumait pleinenement et fièrement sa place de grand frère.

 

Pour ce deuxième bébé, dès les premiers jours, certaines choses allaient déjà plus vite. Les gestes du quotidien, tels que le change, le bain... n'avaient plus de secret pour moi. J'allais donc plus vite pour les réaliser, et de toute façon, il le fallait car j'avais un autre enfant encore petit qu'il fallait gérer en même temps. A la naissance de ce deuxième bébé, les projets professionnels avaient abouti, et mon mari était entièrement et énormément pris dans les premiers mois de vie de l'entreprise. J'étais donc seule à la maison avec ces deux petits, à devoir tout assumer. Je gérais bien les choses, et ne m'en plaignais absolument pas, mais il y a des choses que je n'avais plus vraiment le temps de faire avec mon second de la même façon qu'avec mon premier, c'était évident. Je les faisais, il recevait autant d'amour (là dessus, aucun doute), mais la donne était complètement différente.

Si je voulais avoir un moment seule avec lui en tête à tête, c'était compliqué, car il fallait que j'attende que le grand frère soit à la sieste, mais mon temps était compté, car c'était aussi dans ce même créneau  que je pouvais réaliser certaines taches ménagères.....

Plus possible cette fois d'emmener ce second bébé aux séances de bébés nageurs, car seule avec deux petits, ce n'était pas faisable. Partir faire une balade en landau l'après-midi, plus possible non plus, car le grand frère devait faire sa sieste... Bref, il y avait tout une succession de petites choses comme celles-ci qui commençaient à me faire réaliser que je n'arrivais pas à profiter de moments avec lui seul comme je l'aurais souhaité, que lui n'avait pas cette chance que mon premier avait eue, et que jamais il ne connaîtrait ce bonheur finalement. Ce bonheur d'être le premier et le seul dont Maman a à s'occuper. Seul l'aîné a ce pivilège.

 

A ses deux ans et trois mois, mon mari et moi offrions à nos garçons une petite soeur. Ils étaient très contents et fiers à l'idée d'endosser le rôle de grand frère. Contents de lui apporter son doudou, de lui prêter un jouet, de me sortir les lingettes du paquet quand je devais la changer....ils étaient adorables avec elle.

Aujourd'hui, cette petite dernière a 11 mois. Ils sont toujours autour d'elle, et l'adorent toujours autant. 

Evidemment, avec elle, je suis encore plus rodée, et devrais donc suivre le même rythme qu'avec mon second... C'est vrai, désormais je suis la pro des bains, des changements de couches, des soins de divers bobos, etc.... Pourtant, je sais qu'elle est la dernière......et comme mes deux garçons sont un peu plus grands que ne l'était mon aîné quand mon second est né, je prends plus le temps. Je retiens le temps à vrai dire, car il file très vite, et je sais que tous ces moments de la toute petite enfance sont, cette fois, les derniers que je vais vivre.....

De plus, Septembre arrive, et va mettre avec lui mon second sur le chemin de l'école. Et là, je ne serai plus qu'avec ma dernière toute la journée, toute la semaine, à pouvoir de nouveau ne profiter que d'elle, l'emmener faire toutes ces choses que j'ai faites avec mon aîné, et que je n'ai pas faites avec mon petit second.....

 

Aujourd'hui, il est rentré à l'école, pour la première fois. Non sans mal! Il ne comprenait pas qu'il n'allait pas être dans la même classe que son frère, était complètement perdu, et moi, sa petite soeur agrippée dans mes bras,  je lui disais que si, il faut y aller, que ça va aller, ....

Mon coeur était serré, brisé, mais je ne pouvais le montrer. Il mourait d'envie de rester avec moi, avec nous.....mais ce n'était pas possible.

J'ai passé ma matinée avec son visage plein de larmes en tête, et avec cette foutue culpabilité qui est revenue au galop. Car aujourd'hui, il est rentré à l'école, et tous ces mois passés encore petit, à la maison, il a toujours dû les partager soit avec son frère, soit avec sa soeur....une fois en jouant le rôle du petit, une fois du grand, ne sachant finalement plus où se positionner tellement cette place est peu évidente......maintenant je le sais. Et je sais aussi qu'il en sera toujours ainsi. Toute sa vie, le plus grand sera le grand frère. Toute sa vie, la petite dernière sera la petite soeur. Toute sa vie, lui sera le petit frère et le grand frère. Certains savent en jouer, d'autres non et cherchent péniblement où se situer. C'est le cas du mien...

On ne revient pas en arrière, et quand bien même, j'adore mes trois enfants, tous trois ont été désirés, désirés de façon aussi rapprochée, et je referais tout à l'identique si c'était à refaire. Mais je culpabilise encore et toujours car avoir trois enfants suppose forcément d'en avoir un au milieu, avec toutes les complexités qui vont avec....

Publié dans Un peu de moi...

Commenter cet article

magali 26/09/2014 20:15

C est tellement vrai tout ca... qui plus est chez moi mes deux grandes filles n ont qu 15 mois d ecart et le petit dernier est arrive 11 ans apres "l enfant du milieu" et un garçon en plus... tres dur pour elle... il nous a fallu faire appel a un tiers pour l aider a surmonter ca avec l adolescence... si je devais refaire ? Je ferais... autrement... plus d ecart entre les ainees je pense... deux bebes en meme temps c est voler du temps a l un comme a l autre...

Audrey 04/09/2014 08:35

Put#%^* c'est beau !

Carine 03/09/2014 08:51

Le principal s est l amour je pense... Et tu es tellement une bonne maman... Un 4 eme peut être....?

Werbicki Fabienne 03/09/2014 06:22

Cette place si difficile pour l'enfant , mais aussi pour nous parents . Très bien écrit , bravo .

Marie Line 03/09/2014 06:22

Magnifique
C est vrai malheureusement mais l amour que tu lui portes et très important . Je suis une enfant du milieu !!! Et sans amour donc crois moi l amour que tu lui apportes tous les jours est très important .
Moi tu vois avec les 4garcons je regrette de les avoir délaissé pendant trois ans pour le travail .

Sylvia 02/09/2014 23:10

Je suis l'enfant du milieu...tout ce que tu as dit est vrai! C'est bien analysé...l'enfant du milieu cherchera toujours sa place, même en vieillissant! Et c'est très frustrant pour les parents...

amélie kaz 02/09/2014 22:59

je me souviens quon en avait parlé....en tant quenfant du milieu tu m'as mis la larme a loeil !

emilie Salomé 02/09/2014 22:37

Tellement vrai ton article. ...ça me fait penser au mien.... dur d'être l'enfant du milieu. ...